Terme, technique utilisée dans le domaine de la médecine et des neurosciences mais commence à prendre un tout autre sens aujourd’hui. Désormais pour désigner les solutions de protections mises en place pour limiter les risques d’une exposition aux champs électriques et magnétiques dans le logement mais aussi sur le lieu de travail nous utilisons le mot « bio électricité ».

L’intérêt de la bio-électricité

Finalement, il n’y a pas que vos fruits et légumes qui sont les seuls à être bio !
En effet, notre environnement tend à devenir bio ou éco responsable d’une manière ou d’une autre. Donc le bon moyen de protéger notre santé, notre planète et d’espérer vivre mieux et peut être plus longtemps.

L’électricité n’échappe pas à la règle. Car en infligeant, à notre corps, continuellement des ondes électriques et magnétiques, l’électricité devient dangereuse. Tout particulièrement pour les personnes atteintes d’électrosensibilité. Pourtant pour pouvoir lutter contre les ondes électromagnétiques, que certains considèrent comme un véritable fléau. Il faut savoir équiper l’installation électrique de son logement ou de son lieu de travail en conséquence.

Pourquoi réduire les ondes électromagnétiques du logement ?

Dans nos câbles électriques situés dans nos murs, nos prises et nos branchements, les champs électromagnétiques sont continuellement présents. Pourtant les personnes ne le savent pas toujours.
Même si nous nous contentons de débrancher les appareils, cette manipulation restera vaine et aucun effet sur les ondes émises par l’installation électrique.

Au travers d’un simple mur, le champ électrique mesuré peut atteindre et même dépasser les 300 Volts par mètres ! Lorsque l’on sait que le champ électrique maximum préconisé dans les zones jour de l’habitat est de 10 Volts par mètres, il y a de quoi prendre peur !

Comment se préserver des champs électromagnétiques ?
La bio électricité : Interrupteur automatique de champs

Biorupteur : Sans rénovation : la protection des chambres est primordiale : suppression du radio-réveil en tête de lit et pose d’un bio-rupteur (ou Interrupteur Automatique de Champs).
Ce système supprime la tension de 230 volts dans les circuits. Lorsqu’il n’y a pas de consommation de courant. Il ne subsiste alors dans les circuits protégés qu’une basse tension continue. Il est posé dans le tableau électrique, au départ des circuits.


Câbles blindés pour une installation bioélectrique

Le câble blindé : il permet de supprimer les émissions de champs électriques par les fils électriques. Les conducteurs sont alors enfermés dans une cage de faraday. Il est impératif que le blindage de chaque câble soit connecté à la terre à une extrémité.
Le blindage est une très bonne solution car l’élimination des champs électriques par le réseau est totale.


La bio électricité : Gaine blindée

La gaine blindée : elle a la même efficacité que le câble blindé. Elle est constituée de plusieurs couches dont l’une en matériau composite électriquement conducteur lui conférant des propriétés de blindage (système breveté).
Un accessoire permet de réaliser la connexion à la terre de cette couche conductrice. L’avantage essentiel : sa facilité de mise en oeuvre.


La bio électricité : Boîte faradisée

Les boîtiers d’encastrements : Ce sont des boîtiers dont on a recouvert la surface extérieure avec une peinture conductrice à base de graphite. Celle-ci doit être connectée à la terre.


La bio électricité : Mise à la terre

Le raccordement à la terre des structures métalliques de la construction, des carcasses métalliques des appareils et machines électriques est indispensable pour supprimer le rayonnement de champs électriques par ces éléments en métal. C’est le fil vert/jaune qui sert à faire les raccordements à la terre.